Une paix inclusive en Afghanistan signifie "les femmes au centre", lance le chef adjoint des Nations Unies à Kaboul

22 juillet 2019 by 0 Comment Lus pour vous 69 Views
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Le chef adjoint des Nations Unies a lancé dimanche un appel passionné aux Afghans pour qu'ils se réconcilient avec le passé et placent «les femmes au centre» de tous les efforts visant à instaurer une paix durable et un processus politique véritablement inclusif, dans lequel les voix des femmes sont véritablement entendues.

Amina Mohammed s'est confiée à des journalistes dans la capitale, Kaboul, après avoir dirigé une délégation entièrement composée de femmes de hauts responsables de l'ONU pour une «mission de solidarité» intensive de deux jours centrée sur les femmes, la paix et la sécurité. Elle était accompagnée de Rosemary DiCarlo , chef des affaires politiques et de consolidation de la paix , de Natalia Kanem , directrice exécutive du Fonds des Nations Unies pour la population ( FNUAP ) , et de Phumzile Mlambo-Ngcuka , directrice d'ONU Femmes .
La Vice-Secrétaire générale a déclaré qu'elle avait pris les devants avant la grande élection présidentielle prévue pour fin septembre, mais aussi pour apporter son soutien à un processus de paix «qui fait partie intégrante de l'avenir et à la pérennité de tous efforts et aspirations du gouvernement et du peuple afghans. "

Il y a quelques jours à peine, un attentat à la bombe près de l'université de Kaboul aurait tué 10 personnes - des étudiants et un agent de la circulation - et fait 33 blessés, tandis que des militants talibans auraient fait exploser une bombe devant le siège de la police à Kandahar, faisant 11 morts et près de 90 blessés. Malgré la violence actuelle, les dirigeants politiques afghans ont tenu des pourparlers inédits au Qatar plus tôt cette semaine avec des représentants des Taliban, les deux parties appelant à une réduction du nombre de victimes parmi les civils.

«Au bout de deux jours, nous avons été impressionnés par les dirigeants à tous les niveaux de gouvernement, de Kaboul aux localités, où vous voyez qu'il y a un investissement dans la population, en particulier dans l'autonomisation des femmes», a déclaré Mme Mohammed.

La délégation de haut niveau des Nations Unies a rencontré samedi le président Ashraf Ghani et le chef de la direction, Abdullah Abdullah, ainsi qu'un groupe divers de femmes, animé par la première dame afghane, Rula Ghani. Ils ont également rencontré des chefs religieux, qui ont un rôle crucial à jouer dans le renforcement du processus de paix.
Dimanche, la délégation s'est rendue en dehors de Kaboul dans la province de Bamyan, où le FNUAP gère une série de programmes et de services de soutien destinés aux femmes en âge de procréer et à leurs familles, ainsi que pour lutter contre la violence sexiste. Ils ont également visité un site de déminage des Nations Unies et le site des bouddhas de Bamyan, classé au patrimoine mondial de l'UNESCO, qui ont été dynamités et détruits par les Taliban en mars 2001, qui ont dirigé le pays jusqu'à l'invasion alliée qui a eu lieu cette année-là.

La chef adjointe a déclaré que ses entretiens en tête-à-tête avec des femmes afghanes au cours de la mission l'avaient laissée sans aucun doute se rendre compte que «les femmes jouent un rôle de premier plan dans la prise de décision, elles savent exactement où elles veulent aller - et ce dont elles ont besoin, c'est soutien ”, at-elle déclaré aux journalistes.

"Nous avons entendu beaucoup de messages d'eux: sur les élections, elles doivent être crédibles, elles doivent être ponctuelles, inclusives et leurs voix doivent être entendues."

«Sur le processus de paix», a-t-elle poursuivi, il devait être inclusif: «Et« inclusif signifie les femmes au centre », en particulier lorsqu'il s'agit de répondre aux besoins des victimes de la violence.

«Vous ne pouvez pas aborder la paix et sa durabilité si vous ne pouvez pas accepter la réconciliation du passé. C’est donc une opportunité extrêmement importante pour nous ", a déclaré la Vice-Secrétaire générale, notant qu'au cours de leur voyage, ils s'étaient également félicités de constater" les avantages des investissements réalisés par le système des Nations Unies et ses partenaires au cours des années. " années."

Nous soutiendrons les femmes afghanes "à chaque pas" - Chef d'ONU Femmes
La responsable d'ONU Femmes a déclaré avoir été frappée par une conversation avec des femmes qui vivaient avec «l'héritage oppressant du régime des talibans - qui leur interdisait d'aller à l'école, au travail, ou même de parler en public ou de quitter la maison sans un homme».

«Ces mêmes femmes ont toujours demandé avec courage et courage de faire entendre leur voix, de prendre en compte leurs priorités et de reconnaître leur agence», a déclaré Mme Mlambo-Ngcuka. «Et ils ne sont pas seuls, car ONU Femmes et l'ONU sont là pour les appuyer à chaque étape.»

Elle a déclaré que, alors que la dynamique des pourparlers de paix avec les Taliban se renforçait, "il est plus urgent que jamais d'assurer une participation significative des femmes au processus de paix et de réconciliation et aux prochaines élections. Les femmes doivent pouvoir exercer leur droit de définir ce que la paix signifie pour elles et de siéger à la table des négociations sur l'avenir du pays », a déclaré la Directrice exécutive. "Ce n'est qu'alors que nous pourrons vraiment voir une paix durable et la démocratie prospérer en Afghanistan".
«Responsabilité collective» pour mettre fin à la violence sexiste: UNFPA
À Bamyan, environ la moitié des femmes qui ont accouché accouchent toujours à la maison sans aucune accoucheuse qualifiée. La violence liée à l'appartenance sexuelle est une préoccupation majeure dans la province, avec environ 20% des femmes victimes d'une forme de violence domestique, a déclaré l'UNFPA.

L'agence gère un réseau de centres de protection de la famille avec le ministère afghan de la Santé publique, dans les principaux hôpitaux et établissements de santé. Ils soutiennent également plus de 100 Maisons de santé familiale, fournissant des services de santé essentiels en matière de reproduction, de santé maternelle et infantile à environ 300 000 personnes vivant dans des zones insuffisamment desservies.

Natalia Kanem, chef du FNUAP, a déclaré que «mettre fin à la violence sexuelle et sexiste est notre responsabilité collective. Cela affecte non seulement la dignité, la santé et le bien-être de la femme, mais l'empêche de participer activement à la vie de sa communauté et de contribuer à la paix. "

L'agence, a-t-elle ajouté, "est sur les lignes de front de cette bataille en Afghanistan, et même dans le monde entier, menant la réponse du système des Nations Unies sur le terrain. Si nous sommes unis dans notre quête d'égalité des sexes, des droits de l'homme et de la justice, nous pouvons prévenir ce fléau une personne, une communauté, un pays à la fois. "

«Malgré des souffrances énormes, la résilience des femmes et des filles que j'ai rencontrées lors de cette visite m'a donné de l'espoir pour l'avenir de l'Afghanistan», a déclaré Mme Kanem. Le FNUAP est «dédié à l'amélioration de la santé et du bien-être des femmes afghanes, jetant ainsi les bases d'une vie de choix et d'égalité. Nous progressons, mais le chemin à parcourir est encore long. ”

"Ce n'est que lorsque les femmes seront en sécurité et habilitées à prendre des décisions concernant leur corps et leur vie", a-t-elle noté, "que le pays sera en mesure de réaliser le développement durable et la paix."

 

Source: UN

Brou Bertrand

IT assistant

Événement à venir

Arrow
Arrow
Slider
Fundraising
Levée de fonds
Rejoignez-nous