La criminalité maritime transnationale s’étend et est de plus en plus sophistiquée

6 février 2019 by 0 Comment Lus pour vous 77 Views
Évaluer cet élément
(0 Votes)

La criminalité maritime transnationale est une menace qui s’étend et pèse sur la liberté de navigation à travers le monde, a prévenu mardi le chef de l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC), qui a encouragé le Conseil de sécurité à faciliter la coopération internationale pour lutter contre ce fléau.

« La criminalité maritime transnationale est de plus en plus sophistiquée, et elle est en expansion, à la fois en termes de taille et de types d’activités criminelles », a expliqué Yury Fedotov, Directeur exécutif de l’ONUDC lors d’un exposé devant les membres du Conseil de sécurité.

Il a rappelé que les deux tiers de la surface du globe sont des océans et qu’une grande partie de cette surface maritime n’est pas soumise à la juridiction d’un seul État. « La haute mer est ouverte aux navires de tous les pays », a-t-il noté, regrettant que cette liberté de navigation soit exploitée par des groupes criminels.

Sur le terrain, l’ONUDC s’efforce avec les Etats membres de lutter notamment contre : le trafic illicite de migrants et de matériel terroriste, et les attaques contre des navires dans le golfe d'Aden ; le trafic de cocaïne dans l'Atlantique ; le trafic d'héroïne dans l'océan Indien ; la piraterie et les vols à main armée en mer dans le golfe de Guinée ; les enlèvements contre rançon dans les mers de Sulu et de Célèbes ; la pêche illégale dans les océans Atlantique, Indien et Pacifique; et le trafic de migrants en Méditerranée.

« Ces crimes représentent un danger immédiat pour la vie et la sécurité des personnes, ils fragilisent les droits de l'homme, entravent le développement durable et, comme l’a reconnu le Conseil, ils menacent la paix et la sécurité internationales », a dit M. Fedotov.

Il a rappelé qu’il existait un cadre juridique international solide pour lutter contre cette criminalité et il a cité le succès des opérations de lutte contre la piraterie au large de la Somalie.

Mais face à l’expansion du crime organisé transnational en mer, il a exhorté tous les États membres à faciliter l’entraide judiciaire et d’autres formes de coopération par la ratification et l’utilisation efficace du cadre juridique international.

Il a aussi encouragé les États membres à renforcer l’assistance technique pour que les criminels soient traduits en justice. Il a enfin souhaité que le Conseil de sécurité encourage des discussions permettant d’identifier des options pour améliorer la coordination, ainsi que des recommandations pour mieux prévenir et contrer la criminalité maritime transnationale.

Brou Bertrand

IT assistant

  • Cocody, Riviera-Palmeraie, Lauriers 10
    Lot 55B, Rue de L'union
  • (+225) 2245 9257
  • (+225) 8488 6165
  • info@nzarama.org
  • 25 BP 1637 ABJ 25, Côte d'Ivoire
Fundraising
Levée de fonds
Rejoignez-nous